Les enfants aiment la politique (mais ils ne le savent pas encore)

Discours meeting 3 nov 2014Discours prononcé au meeting du 3 novembre 2014
pour la création du parti de Campagne

Mouflettes, mouflets, morveuses, morveux, gamines, gamins, marmottes, marmots, coquines, coquins, chers ayant-droit du Parti de Campagne…

Si je m’adresse à vous aujourd’hui, c’est avant tout parce que j’ai l’étrange impression que la politique passe loin, mais alors loin au dessus de vos chères têtes blondes. (c’est une vieille image) J’ai donc décidé de descendre sur votre planète pour vous parler face à face d’un sujet qui devrait vous passionner.

Vous aimez la politique mais vous ne le savez pas. Beaucoup de vos héros préférés, derrière leurs déguisement chatoyant, sont en fait de véritables bêtes politiques. À commencer par le plus ancien d’entre eux, j’ai nommé Mr Rahan ! Alors lui, il a beau se promener toute la journée en slip, ça ne l’empêche pas d’arriver dans chaque nouveau village avec l’aplomb d’une tête de liste en campagne. Il leur explique comment vivre ensemble en harmonie, il leur trouve des techniques de chasse, de pêche ou d’irrigation révolutionnaires. Il leur apprend à se méfier des superstitions et des faux prophètes. Justice, égalité, solidarité, autonomie…

Si il y avait eu des élections préhistoriques, il est certain que Mr Rahan aurait gagné haut la main !

Mais il n’est pas le seul à porter en lui des valeurs et à se battre pour elles. Quelques millénaires plus tard, nous découvrons messieurs Astérix, Obélix et le fameux village gaulois. Ils résistent à l’impérialisme de Jules César et ses troupes romaines avec la même détermination que les Zadistes défendent Notre-Dame-des-Landes contre l’aéroport de Vinci et du gouvernement. Tout cela est incroyablement politique ! Sans parler d’Idéfix, le premier chien écolo qui pleure dès qu’on arrache un arbre !

Et Mr Zorro, qui défend les pauvres paysans mexicains contre l’armée espagnole ?

Politique ! Et Mr des Bois, Robin de son prénom, dont le programme consiste à voler les riches pour donner aux pauvres ? Je vous le dis sans détour : Il aurait fait un formidable représentant du parti de Campagne ! De même ces nombreux pirates que vous adorez, n’avaient-ils pas crée des micro-sociétés libertaires et anarchistes sur les îles perdues où ils se partageaient leurs trésors ?

On pourrait aussi citer les schtroumpfs et l’organisation politique très particulière de leur village : Un vieux chef avec une culotte rouge et une seule fille pour une centaine de garçon. Un contre-modèle autoritaire et patriarcal étouffant ! Et la schtroumpfette, elle dis rien, elle est contente…

Heureusement, mademoiselle Rebelle, l’héroïne aux cheveux roux, refuse, elle, de se comporter comme une gentille petite princesse et préfère monter à cheval et tirer à l’arc dans les bois que de s’exercer à la broderie ? Une féministe assurément.

Comment ne pas citer enfin tous ces super-héros engagé dans la cause de la défense des animaux ? Spider Man protège les araignées en détresse pendant que Bat Man vole au secours des chauves souris et que Cat Woman sauve les chats coincés dans les arbres…Vous connaissez aussi la plus intrépides d’entre eux, Princesse Mononoké, qui veille sur les animaux et l’esprit de la forêt. Une dangereuse militante écologiste dont vous feriez bien de vous inspirer !

Pensez-y quand vous jouerez à vous transformer en princesse ou en indienne, en police ou en robin des bois ! Ce sont des choix politiques !

Oui, mes chers petits campagnards en herbe, inspirez vous de ces héros pour pratiquer la politique à bon escient dans toutes vos aventures quotidiennes.

D’ailleurs regardez-moi : un bon personnage politique, c’est comme un super héros : Il se bat sans relâche pour la justice, la liberté, la sauvegarde de l’environnement et la paix dans le monde…tout comme les nombreux militants du Parti de Campagne

Bon, même sans aller jusque là, dans la vie de tous les jours vous pratiquez cet art de la politique entre vous sans le savoir.
Imaginez un troupeau de marmots…je veux dire un groupe d’enfants.

Y’en a un qui dit : « Hé les copains, si on jouait à la gamelle ? J’ai un ballon, je connais les règles et en plus c’est rigolo ! »

Y’en a plein qui disent : « Oui, super ! »

Mais y’en a un qui n’est pas d’accord : « Ben non, j’ai déjà joué une fois et j’ai pas trop aimé ! »

Le premier lui demande : « Qu’est-ce que tu proposes d’autres, alors ? »

« Ben, je sais pas… »

« Alors on joue à la gamelle ! Tous avec moi ! »

« Oouuaaiiiiis !!! »

Et bien ça c’est de la politique.
Évidement il eut été préférable qu’ils s’asseyent en cercle et que chacun puisse exprimer ses envies avant de procéder à un vote a main levée, mais bon…

Un autre exemple, prenez une copine qui arrive avec une corde à sauter. « Et bin moi j’ai une corde à sauter alors c’est moi qui décide qui a le droit de jouer. Alors toi, toi, pas toi, pas toi, toi et toi ! »

C’est affreux et injuste. C’est de la politique.

Dans une organisation enfantine plus démocratique, elle aurait pu dire : « Et bin moi j’ai une corde à sauter. Donc je propose qu’on fasse une réunion pour déterminer à quoi elle peut servir, et une autre pour essayer d’intégrer tous les enfants dans le même jeu ! »

Ça c’est une autre façon de faire de la politique enfantine. Cela prend un peu plus de temps certes mais je compte sur vous pour y penser à la prochaine récré.

Mais la politique des grands, elle aussi, vous regarde. Dans la loi française, par exemple, il est interdit à un adulte de frapper un enfant. Sachez-le bien. Vous avez le droit d’aller voir un gendarme pour lui signifier les violences que vous auriez subit. Notez tout de même que si la société fonctionnait correctement, il n’y aurait pas besoin qu’une loi interdise les torgnoles, parce que les parents seraient si bien éduqués qu’il ne penseraient même pas à lever la main sur leur délicieuse progéniture.

En fait, la politique se mêle d’à peu près tout ce qui concerne l’organisation de notre vie les uns avec les autres et nos rapports avec la nature. Donc elle se mêle d’à peu près tout !
Sauf de nourrir les pauvres. Ça, c’est des associations comme les Restos du Cœur ou le Secours Populaire qui s’en occupent. C’est bizarre, non ? Vous verrez, y’a pleins de trucs vraiment étranges dans la politique vous verrez !

Autrement, les hommes et femmes politiques élus votent des lois. Ils votent des lois sur tout mais sans vraiment prendre le temps de discuter avec tout le monde. Pourtant c’est là que tout se choisit.
Comment on doit construire sa maison et où on a le droit de la mettre.

Par exemple c’est hyper difficile d’habiter en yourte. On a toujours pas compris pourquoi mais on a pas le droit ! Alors il faudrait changer la loi !

Si on peut faire pousser toutes les plantes qu’on veut où si certaines doivent être réservées à des entreprises ou à l’état.

Si on peut laisser les gens circuler librement dans notre pays où si on renvoie chez eux ceux qui n’ont pas assez d’argent.

S’il c’est utile de détruire des grands espace naturels pour construire des routes, des barrages, des tunnels, des aéroports.

S’il vaut mieux construire un grand stade pour que pleins de gens puissent en regarder quelques uns jouer au foot, ou s’il serait plus agréable pour le même prix de voir pousser des terrains de jeux et de sport dans tous les villages et les quartiers.

Si c’est mieux d’aller à l’école cinq jours par semaine ou quatre ? Ou trois ?

C’est pour donner notre avis sur des sujets comme ça que nous nous engageons dans ce dangereux combat d’idée. Pour défendre un certain art de vivre.

Mais dans votre vie d’enfant aussi vous pouvez lutter contre l’injustice. Vous pouvez vous forger des armes politiques pour faire pression sur des autorités incompétentes.

Quelques exemples d’armes politiques :

  • La manifestation : L’union fait la force. Certes chacun, vous êtes petits et chétifs, mais souvent aussi, vous êtes nombreux. Si vous êtes plusieurs à trouver une situation déplaisante, vous avez toujours les moyens d’agir pour essayer de changer cette situation. Si vous êtes tous ensemble solidaires, vous gagnerez toutes les batailles. Ils faut avoir pensé à des revendications précises et fermes à demander aux adultes, puis les inscrire en gros sur des panneaux. Ensuite vous pouvez sortir dans le jardin, interrompre une discutions ou passer entre un adulte et un écran en criant vos envies communes, alors vous créez un espace de dialogue forcé avec les adultes qui vous amènera sûrement à faire des compromis politique (ça veut dire que c’est pas sûr que ça marche) mais au moins vous aurez essayé et votre demande aura été entendue ! !
  • La grève de la faim : Jouer avec la compassion naturelle des adultes devant des enfants en détresse. Pour une cause importante comme d’obtenir d’être associés aux choix des menus pour les repas de cantine, vous pouvez tenter une grève de la faim. Plus personne ne mange le midi à l’école. Au début vous aurez certainement à faire face à des réactions désordonnées de violence verbales de la part des grands mais tenez bon et vous obtiendrez des résultats très rapidement. Vous verrez qu’avec ce genre de méthode, on remet vite les adultes sur les chemins de la discutions.

Mais, au-delà de tous ces moyens d’action, il y a le vote. Vous savez ce que c’est ? Vous avez déjà voté peut-être, pour les délégué de classe ou pour un concours du plus beau déguisement… ? Et bien moi je vous propose de vous joindre au Parti de Campagne pour exiger le droit de vote pour les humains de plus de sept ans !!! Et oui, vous avez bien entendu, droit de vote pour les plus de sept ans. C’est vrai enfin, pourquoi personne ne vous demande jamais votre avis ? Vous avez des idées, des envies, vous devez avoir le droit de les exprimer !!

Allez : DROIT DE VOTE POUR LES PLUS DE SEPT ANS !

Une fois ce droit acquis et le candidat du Parti de Campagne élu, nous pourrons exiger la semaine des quatre dimanches, l’école à la carte où on choisi ce qu’on veut faire et quand on a envie de la faire, des séjours en vacances à la mer et à la montagne pour tous les enfants même ceux qu’on pas d’argent, des centre ville sans voiture, le droit de peindre sur les murs, pleins de terrains de jeux partout, remplacer les pubs par des dessins d’enfants, manger avec les mains, et pleins d’autres trucs vraiment sympas.

Mes très chers futurs électeurs, enfants de tous les cantons, je pense très fort à vous pour les élections présidentielle de 2027, et si vous nous soutenez, alors nous serons plus forts et nous pourrons, ensemble, réaliser de grandes choses et imposer une vision plus rigolote et plus enfantine de la société !

Vive le parti de Campagne et vive l’enfance !!!

Laisser un commentaire