Discours du meeting show des départementales

meeting montreuil 2

Deux alterdépartementalistes s’assoient sur les chaises derrière les pupitres. Un garde du corps se met en position sur le côté.  Le DJ envoie une petite musique d’attente.
La speakerine, Val, annonce l’arrivée des candidats.
Sur une musique entrainante du groupe Priapisme, Élise Blanchard et François Cotrel entrent dans la salle saluant leurs aficionados, suivis de près par un autre garde du corps. Les candidats s’installent à leur pupitre sous un déluge d’applaudissement enregistrés.

Candidat Cotrel – Gennoises, Gennois, Grézilloises, Grézillois, Thoureilliennes, Thoureilliens, Cunaldiennes, Cunaldiens, Loriennes, Loriens, Couturoises, Couturois, bonjour ! Merci à tous d’avoir répondu présent pour ce grand barnum démocratique offert par le Parti de Campagne !! Votre enthousiasme nous confirme que notre candidature avait toutes les raisons d’être dans cette morne plaine politique qui défigure le paysage intellectuel français.

meeting montreuil

Candidate Blanchard – Sans plus tarder nous allons vous présenter les candidats du Parti de Campagne et leurs suppléants. Tout de suite, notre candidat mâle, François Cotrel.

meeting-montreuil-1
Le petit François découvre la douceur angevine chez ses grands parents, à Champs sur Layon, puis dans les troglodytes de son oncle et de sa tante à Grézillé. Fascination ! C’est à Coutures qu’il effectuera son premier emploi à 17 ans, déjà au service de la communauté du canton, en animant le centre aéré pour les 6-10 ans. A 24 ans, il se rend propriétaire, avec son ami Azar, d’un hameau troglodyte grézillois à l’abandon, qu’ils n’auront de cesse de restaurer pour redonner vie à ce patrimoine oublié.
Ses points forts : Une énorme motivation et une confiance en soi à toute épreuve, nourris par la certitude d’un destin présidentiel.

DSCF6940Le suppléant de Mr Cotrel, Benoît Azar sera présent avec nous virtuellement. C’est aussi ça la magie de la technologie, n’est-ce pas Mr Azar !
Vous noterez d’ailleurs que grâce à lui nous pouvons nous targuer d’avoir notre quota d’immigrés, puisque monsieur Azar est franco-libanais. Son aptitude à la taille de pierre a fait de lui un véritable maître dans l’art de travailler le tuffeau, si cher aux habitants de ce canton. Il a modestement contribué au rayonnement de ce patrimoine rural qu’il a si bien restauré. Certains voient en lui un spécialiste de l’anarchitecture mais lui n’a jamais mélangé le travail et la politique.
Ses points forts : Une musculature puissante hérité de ses années de compagnonnage, et une connaissance de la pègre locale qui nous a évité bien des ennuis.

Cotrel – Merci Élise. Mme Blanchard justement, que vous connaissez tous, candidate femelle du Parti de Campagne aux élections départementales pour le canton de Doué. Rigueur et détermination sont les deux mamelles de sa politique.

meeting-montreuil-2
Sur les traces de son père qui était chef des louveteaux, son esprit d’engagement s’est manifesté très tôt. Elle a été déléguée de classe en cm2 et en 4ème, possède son bafa et son brevet de secourisme, ainsi que son premier flocon. Il est à noter qu’elle est aussi ceinture blanche de viet vo dao.
Bien entendu, malgré ce parcours exceptionnel, ses racines profondes ancrées dans le territoire lui permettent malgré tout de garder les pieds sur terre.
A travers elle, c’est le parti de de campagne qui vous parle, c’est le parti qui portera vos revendications, c’est le parti qui non seulement saura vous entendre, mais surtout saura vous écouter, et inversement.
C’est une femme de terrain qui affectionne moins les discours pompeux qu’un bon match de tennis, et qui saura se rendre utile à la collectivité.
Ses points forts : un service dont la puissance n’a d’égale que l’abnégation et un esprit sportif à toute épreuve : voilà une femme qui ne craint pas les revers électoraux.

Et nous attendons toujours sa suppléante, Carole Pralong, qui devrait arriver d’un instant à l’autre avec le champagne. Elle est la représentante du Parti en Vrille, une des branche les plus addictives du Parti…euh je voulais dire bien sûr une des branches les plus actives du Parti de Campagne.
Ses points forts : une connaissance aiguë du territoire qu’elle parcourt sans relâche. Femme tout terrain, elle s’adapte à toutes les situations grâce à ses capacités intellectuelles foudroyantes.

Cotrel – Passons maintenant aux idées du Parti de Campagne. C’est important les idées en politique…

Blanchard – Moins que les candidats tout de même !

Cotrel – Certes, certes. Nous allons tout d’abord, pour les rares personnes qui ne connaîtraient pas encore le Parti de Campagne, vous exposer brièvement son histoire et la ligne directrice de notre projet global, pour l’avenir de la France et de l’humanité.
Ce tout nouveau Parti au nom fleurant bon les congés payés est sorti de terre il y a tout juste un an lors de élections municipales de Grézillé en 2014, où je me suis taillé, en toute modestie, un succès époustouflant avec 38 % des suffrages exprimés, ce qui correspondait à 128 voix…

Ludo – C’était du panachage, quand même, chacun pouvait voter pour plusieurs candidats alors ça ne veut pas dire grand-chose !

Cotrel – Oui bon, bin c’était quand même déjà pas mal. Espèce de chipoteur ! Quoiqu’il en soit une nouvelle démarche politique était née, en plein cœur du Sud- saumurois, et ce mouvement…. Ok, mouvement c’est un peu fort…cette gesticulation, donc, n’a cessé de s’amplifier jusqu’à ce qu’elle nous impose, devant l’engouement général de nos copains, de porter les couleurs du Parti de Campagne pour ces élections départementales. C’est poussé par une véritable ferveur populaire que les représentants du Parti de Campagne se soumettent au suffrage universel direct, ce 22 mars 2015. Nous, candidats et nos remplaçants, avons été désignés par le Parti non seulement pour nos immenses qualités intrinsèques, mais aussi parce qu’on a de sacré joli costumes quand même !

Joachim – Excuse moi mais c’est pas exactement comme ça que ça s’est passé. Vous avez été tiré au sort parmi les volontaire du Parti de Campagne et on a accepté votre candidature.

Blanchard – Effectivement, nous essayons diverses méthodes de désignation des candidats. L »expérimentation est l’un des piliers sur lesquels s’appuie la démarche du Parti de Campagne. Il s’agit moins pour nous d’avoir une pensée idéologique que de penser une logique des idées, c’est pourquoi nos propositions sont parfois expérimentales, certes, mais aussi concrètes, cohérentes et entièrement réalisable en un mandat. Dans un monde où tout un chacun est lancé comme un cheval au galop à travers un univers virtuel ultra-connecté qui se moque bien de votre existence, il nous faut ralentir le rythme, aller moins loin et moins vite, repenser une société où la solidarité ne sera pas un vain mot.
Comme vous avez pu le constater à la lecture de notre profession de foi, notre démarche est surtout dirigé par l’esprit d’égalité, de défense des plus fragiles, de mixité social et de respect de l’environnement.

Joachim – Mais ça ne sert à rien de dire ça. Tous le monde peut dire les mêmes évidences ! C’est du lyrisme politicien…

Cotrel – Cela prend forme dans notre programme en proposant par exemple que le Maine-et-Loire soit un département pilote pour tester le “Revenu d’Existence inconditionnel”, le REX…

Ludo – Moi je préférerai qu’on appelle ça le “Revenu de base Universel”, le RÉBU, je trouve ça plus clair.

Cotrel – Oui, enfin ça fait aussi « rebut »…

meeting-montreuil-4

Blanchard – Et bien nous en discuterons lors de notre prochaine assemblée exceptionnelle avec tous les courants du Parti, si vous voulez bien…
D’ailleurs Mme Pralong ne devrait pas tarder à arriver avec le champagne… Quoiqu’il en soit, le REX permettrait à chacun de recevoir une somme d’argent suffisante par mois pour subvenir à ses besoins vitaux. Tout le monde sans exception toucherait cette allocation, même les enfants, dans une moindre mesure. Nous pourrions alors simplifier au maximum les autres mécanismes redistributifs qui sont nombreux, compliqué, donc coûteux en fonctionnement et peu efficaces en terme de résultat. Il faut savoir que la fraude aux allocations sociales souvent décriée, représente six fois moins d’argent que les allocations non demandés par des personnes qui y auraient droit.
Cette redistribution profiterai alors aux revenus les plus modeste, soit tous ceux qui touchent moins de 2000 euros par mois et par personne.
Tout cela serait financé par un prélèvement des revenus de l’ordre de 20 à 25 %.

DSCF7020

Cotrel – Proposition totalement avant-gardiste mais tellement excitante ! Enfin notre rapport au travail et au temps seraient assaini pour que chacun puisse goûter à la joie d’un développement personnel harmonieux.
Car c’est pour inventer une société plus égalitaire, fraternel et solidaire que les candidats du Parti se creusent la tête.
N’est-ce pas Monsieur Azar ?

Ludo – Pas uniquement les candidats ! On a tous participé !

Cotrel – Bien sûr, effectivement, cela relève de réflexions menées collectivement, avec tous nos amis angevins. Puisque c’est ici que ce projet campagnard a vu le jour, alors l’Anjou sera le premier département à bénéficier de « l’effet Parti de Campagne ».
Dans le domaine du social, qui est la compétence la plus importante du Conseil Départementales (aux dernières nouvelles), nous proposons d’augmenter immédiatement les dotations aux travailleurs sociaux et aux éducateurs de rue. Nous pouvons faire des économies sur les ronds points, pas sur le lien social et l’aide aux plus fragiles. C’est le ciment d’une société.

Blanchard – J’insisterai aussi sur l’accompagnement des personnes âgées pour leur maintient à domicile. Quand les machines produiront automatiquement tous nos biens de consommation, il faudra toujours des humains pour s’occuper de nos anciens. Les services à la personne sont donc des emplois pérennes. Et pour les personnes âgées en perte d’autonomie, et qui préféreraient vivre à plusieurs sans aller dans une maison de retraite, nous pensions proposer des Maisons Collectives autogérées et ouvertes sur le monde extérieur. Il faut réinventer une société où nos anciens ne finiront pas sur un lit d’hôpital, sous perfusion de purée de carotte industrielle.

Cotrel – Il faut redonner du sens à l’action politique, le bonheur est dans l’échange, l’apprentissage ! Pour les collèges, le Conseil Départemental pourrait promouvoir une matière nommée « Alimentation » sur le temps du midi, pour sensibiliser les collégiens à cette matière vitale. Ce projet serait coordonné par les cuisinier, les acteurs locaux des filières courtes d’approvisionnement et les professeurs des matières concernées (Chimie, SVT, Histoire-géo, langues, sport…). Les plus grands pourraient être inclus dans l’élaboration des menus. Il faut créer des passerelles, donner aux jeunes de la cohérence dans la pensée et l’autonomie dans l’action. Les collégiens pourraient aussi être impliqués dans la vie de l’établissement, en participant aux tâches ménagères, en créant des sonneries originales, en aménageant leur cour de récré…

Arrivée en fanfare de Mme Pralong

Carole Pralong : Eh, compagneros, j’ai trouvé mieux que le champagne!
Du vin nature!

meeting-montreuil-7Ah, l’ivresse, vivus comme disent les suédois, le chemin de la joie, c’est déjà de la politique, non?
Écoutez ce que m’ont dit mes cousins vignerons d’Anjou,
Aimez l’effervescence mais ne vous fiez pas pas aux AOC. Ils retiennent en otage nos territoires et nos cépages, nos fermentations alcooliques et malolactiques dans leurs rêves morbides. Ne vous fiez pas aux spécialistes en général, informez vous par vous même, cherchez toujours l’info à la source, c’est toujours là où l’eau est la meilleure!
Ne bois pas ça malheureuse, qu’ils me disaient, c’est les raisins de la colère!!!
Pour que la vigne livre son fruit jusque dans le vin Que le fruit ne tourne pas au vinaigre Que le vin n’ait pas à souffrir
Apprivoisez la nature, laissez courir la la liane… Allez le plus possible avec les forces en présence
C’est quoi le vin nature? C’est quand il n’y a plus que du raisin dans le vin…Si vous saviez tout ce qu’il y a dans votre verre, vous ne voudriez pas le boire, mais les spécialistes de l’AOC veille et l’étiquette ment.
Dans notre département, la viticulture occupe une grande partie des terres cultivées tout en étant une grande consommatrice de pesticides et autres insecticides, ces produits miraculeux qui empoisonnent nos rivières. Il faut savoir que le département du Maine et Loire est classé 97éme en ce qui concerne la qualité de l’eau.
Eh pourquoi, me direz vous parler du vin?
Car, par une réaction en chaine insoupçonnée, si nous buvons du vin naturel nous améliorons la qualité de l’eau. Mais l’eau, qui est elle, d’où vient elle et qui s’en soucie à part les spécialistes qui la distribue aujourd’hui sans étiquette, même plus potable l’eau!!! et en quelque sorte tant mieux si c’est pour qu’elle aille dans les chiottes!!!

DSCF6982Il est grand temps de protéger la nature et il n’y a pour ça qu’un seul moyen: la culture. S’éduquer, se cultiver, et la célébrer le plus que nous pouvons, en créant par exemple des jours fériés au calendrier : les jours des solstices d’été et d’hiver et les jours d’équinoxes de printemps et d’été. Prendre son temps, un temps non productif pour réver et réfléchir, faire un pas de coté.
Allez encore une dernière mesure qui influerait sur notre qualité de vie, qui agirait à la fois sur la qualité de l’eau mais aussi sur le sexisme ambiant dans notre société:
Cotrel : C’est quoi le sexisme, c’est quand on aime le sexe, non ?
Pralong  : C’est bien François, il faut poser des questions quand on ne sait pas et surtout pas rester sur ses préjugés, j’y venais justement à la question de l’école, le sexisme a avoir avec le sexe comme l’altruisme a avoir avec l’autre, mais ça s’apprend!!!
Nous pourrions lancer une campagne de santé publique dans les collèges afin de sensibiliser les jeunes filles à la nocivité des pilules contraceptives et responsabiliser les jeunes garçons sur la dispersion de leur semence…
Blanchard (elle la coupe) :  Il est vrai que l’intégration des jeunes aux discussions sur des sujets qui nous concernent tous est primordial ; au Parti de Campagne, nous comptons d’ailleurs créer un « conseil départemental des enfants », qui pourront participer aux votes décisionnels les concernant, ceci afin de les initier dès leur plus jeune âge aux joies de la démocratie participative.

Nous remettrons les questions sociales au cœur du débat, en créant dans les campagnes et dans les quartiers des Maisons du Service Public, polyvalentes et conviviales, où chacun pourra se renseigner sur ses droits, effectuer ses démarches administratives et de santé, dans la bonne humeur.

Cotrel – Nous serons proches de nos administrés, de leurs préoccupations, de leurs souffrances. A ce propos, nous mettrons rapidement en place des cellules de veille psychologique en rapport avec la souffrance au travail, notamment pour les agriculteurs, les gendarmes, les travailleurs sociaux et les professeurs des écoles. Tous les métiers devront être entendus, sur cette question nous serons particulièrement vigilants.

Dam’s (un des deux gardes du corps) : Tous les métiers…? Le notre aussi il est difficile ! C’est stressant d’être garde du corps. Si vous êtes en dangers, nous aussi on est en dangers ! Donc on exige quelqu’un pour garder notre corps ou alors on se met en grève jusqu’à ce que nos revendications soient entendues !

Cotrel – Je vous ai compris ! Nous allons donc choisir deux personnes dans cette salle pour protéger nos valeureux gardes du corps…(Cotrel choisit deux personnes dans le public et leur demande de veiller à la sécurité des gardes du corps.) C’est bon maintenant ?

Dam’s – Là ça va. Votre sécurité est assurée.

meeting-montreuil-5Cotrel : Très bien, l’incident étant clos, nous allons pouvoir aborder le chapitre des frais de cette campagne électorale que nous souhaiterions de tout cœur partager avec vous tous. La frugalité étant quasiment une discipline au Parti de Campagne, ces dépenses ont été réduites au minimum. Nous avons ajouté à cette gestion parcimonieuse une conscience sociale toute naturelle. Ainsi nous avons fait des efforts pour embaucher des vigiles trouillards qui ne trouvent pas de boulot ailleurs. C’est pareil pour l’imprimeur. Regardez moi ce boulot ! Plutôt que de travailler avec une imprimerie déjà bien en place, nous avons préféré remettre en selle un petit imprimeur dépressif et alcoolique qui n’avait plus de commande depuis 1991. Il a remis en marche sa vieille photocopieuse des années 80 d’où cette impression grisâtre étrangement surannée et tout à fait dégueulasse.

Joachim –  Oh, ça va ! Il faudrait savoir, soit on veut une profession de foi en couleur et fumeuse comme les autres, soit on se démarque par nos propositions, et autant faire travailler ceux qui sont le plus en difficultés. Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’idée.

Blanchard –  Tout à fait mon cher Joachim, et c’est effectivement le parti qu’a pris le Parti.
Il faut noter tout de même que notre budget de campagne est dix fois moins élevé que celui des grosses formations politiques.
Attention, là ça va être un petit peu technique. Sachant que le plafond de remboursement des frais de la campagne départementale, lorsque les candidats totalisent plus de 5 pour cent des voix, tourne autour de 13000 euros, quand les candidats des grands partis arrivent à la banque en début de campagne électorale pour souscrire un crédit de 13000 euros, le banquier signe le chèque avec enthousiasme. Il va de soi que pour nous, la donne est complètement différente. Nous ne pouvons compter que sur la générosité de nos campagnards pour espérer boucler notre budget de 1700 euros. Et il semble évident, vu nos opinions sur le bien commun et les gros actionnaires, que nous ne pourrons jamais compter sur les banques ou les grosses compagnies d’assurance privée pour nous soutenir dans notre combat.

Cotrel :  Rien à ajouter Mr AZAR ? Ha, ha…

Benoît Azar (enregistrement) : Et bien justement si !

meeting-montreuil-8Je voudrais vous citer le programme du conseil national de la résistance, adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944. Née de la volonté ardente des français de refuser la défaite, la résistance n’avait pas d’autre raison d’être que la lutte quotidienne sans cesse intensifiée.
Afin de promouvoir les réformes indispensables, il avait été décidé le retour à la nation des grands moyens de production monopolisés fruits du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurance et des grandes banques. Et qu’en est-il aujourd’hui ?
Je vous invite à faire vivre et à retransmettre l’héritage de la résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle, par le biais du parti de campagne.

Blanchard – Merci Mr Bazar. Dans cette optique à un niveau plus local, pour en revenir à notre campagne angevine, nous nous engageons à soutenir sur notre département le développement des monnaies locales, propices à l’échange des savoirs et des moyens de production locaux.
qui verraient le jour sur notre département. Nous en introduirons un pourcentage avantageux comme prime dans les salaires des employés du département.
Nous sommes des habitants du Gennois, nos ambitions sont liées à ce territoire et nous savons comment lui redonner un souffle profond, vrai et durable.

Ludo – Non, non, pas de langue de bois. Et puis je ne supporte plus le terme durable. Il me hérisse le poil !

Blanchard – Oh, s’il te plait, c’est mois qui parle ! Laisse moi mettre un peu de lyrisme dans ce catalogue de propositions très fourni !

DSCF6966Cotrel –  Et bien, pour approfondir le sujet, laissez-moi évoquer notre volonté d’encourager la créations de lieux de rencontre en milieu rural comme les épiceries associatives, les cafés, les lieux culturels où des Maisons de Service Public que le département pourrait créer.
Il nous faut redynamiser l’emploi local pour que nous retrouvions dans les villages, des artisans, des maraîchers bio, des petits commerces, des emplois d’aide à la personne.
Nous n’aurons pas peur, une fois élu, de financer des micro-projets de proximité pour retisser un maillage social qui se délite dans nos campagnes.

Joachim –  Faut pas exagérer quand même, il y a pleins d’initiatives locales qui rendent déjà ce canton hyper vivant, faut pas tout noircir non plus, c’est pas honnête.

Blanchard – Certes, certes, mon bon Joachim mais si nous sommes là aujourd’hui, c’est que nous sommes d’accord pour affirmer notre volonté de changer concrètement les choses pour parvenir à une société plus harmonieuse ? Je me trompe ?
Bien, et nous estimons que pour parvenir à un bonheur commun, il faut miser sur le partage. Le Festival d’Anjou, par exemple, qui siphonne à lui seul des centaines de milliers d’euros tous les ans. Si on voulait répartir l’accès à la culture sur le territoire, on pourrait financer une dizaine de plus petits festivals dans les petites villes du département et dans les quartiers.

Ludo – On ne l’a pas vraiment discuté en AG du pourcentage soustrait au Festival d’Anjou. Personnellement, j’opterai plutôt pour les trois-quart de la subvention pour financer quinze festivals..

Blanchard –  Ah non, si chacun donne son avis, on ne s’en sortira jamais. Déjà qu’on a mis quatre mois pour se mettre d’accord sur le programme… On ne peut pas tout discuter, et pas ici, c’est vraiment très embarrassant. Regardez, c’est gagné, les gens sont gênés maintenant…

Cotrel –  Et bien puisque c’est comme ça, on n’a qu’à faire une assemblée générale extraordinaire ici, avec tous ensemble, pour réécrire la profession de foi et changer le monde ! Mais alors vite fait ! Si quelqu’un dans la salle à quelque chose à dire, qu’il parle maintenant où qu’il se taise à jamais.

Arrivée des membres du Parti Slip Passé

Caro –  oui moi !!!

(les candidats déconfits ) –  oh non, pas Ralette !

meeting-montreuil-9Caro –  campagnards campagnardes
permettez moi de me présenter :
Ralette Lagrillée, éminante porte parole du parti slip passé
slip slip slip ( le public ) hourra !!!!
Oui je me permet de prendre la parole car(comme on dit chez nous) ça me ferrait mal au slip de la fermer !
Savez vous cher public que nous sommes le seul parti de France à fonctionner en collégiale ?
Mais savez vous ce qu’est une collégiale ? C’est une asso loi 1901 ne comportant pas de dirigeant dont tous les fondateur sont à égalité avec le même pouvoir de décision il est donc fondamental pour ses membres de maitriser le consensus, n’est ce pas Benoit ?
En effet dans une démocratie participative la force vive c’est vous et nous bien sûr, car nous sommes vos représentants,
alors pourrez vous m’expliquer chères candidates ( je dis candidates car comme chacun sait le masculin ne l’emporte plus sur le féminin n’est ce pas benoit donc il est dans nos prérogatives de dire 4 candidates ou 4 couillonnes ou 4 peigne-culs mais ce dernier étant invariable il n’a pas valeur d’exemple )
oui !! pouvez vous m’expliquer pourquoi nous n’avons pas été conviés au meeting nous le parti slip passé « slip slip slip, hourra ! » nous, les co-fondateurs et la force verte de ce Parti de Campagne qui sans nous ne serait que parti !

Cotrel : Vous êtes marrant, vous ! Vous habitez au milieu des bois dans des cabanes sans téléphone ni internet… Vous attendiez quoi, qu’on vous envoie des signaux de fumée ?

Caro : Quand je pense à mes camarades qui ont faillit périr face contre terre à la ZAD de Notre Dame des Landes afin de protéger le triton crêté de l’appétit vorace de l’impérialisme aviasioniste pour que ce genre de petit parti puisse s’enorgueillir d’un passé glorieux dans la lutte ….

Cotrel – Oui oui Ralette, ne vous emballez pas…
Madame Blanchard, vous me ferrez penser à affréter des pigeons voyageurs, afin de convier nos lointains et néanmoins amis aux prochaines réunions.
Vous avez des revendications ?

Caro – Des revendications euh nos revendications euh et bien oui bien sur que nous avons des revendications on n’interrompt pas un meeting de cette envergure quand on a pas de revendications
au parti slip passé on en a peut être ras la casquette mais on a des idées plein la culotte
un hymnmnmnene

Tout le monde en cœur –  un quoi ?

Caro – Un hymne, un chant partisan dans lequel chaque campagnarde pourra se projeter dans une société heureuse et harmonieuse et crier haut et fort sa foi en la politique sérieusement drôle et drôlement sérieuse.

Avec moi le parti en vrille !

meeting-montreuil-12l’hymne :
« Je ne savais pas que j’allais voter
quand parti de campagne est arrivé
il aura suffit d’une candidature
pour sortir le monde de sa conjoncture

mais qu’allons nous faire de tant de bonheur
le montrer ou bien le taire

nous ferrons ensemble de notre contrée
l’élite de la solide hilarité
nous arracherons le pouvoir global
nous enfoncerons des portes mentales

mais qu’allons nous faire de toutes ces idées
les rêver ou bien les faire

nous ferons ce qu’on veut de nos vies
nos enfants grandirons dans l’euphorie
gratuité partage et simplicité
seront les mamelles de notre société

mais qu’allons nous faire de tous ces… plaisirs
il y en a tant sur terre

nous vivrons ensemble
nous rirons ensemble
nous jouirons ensemble

c’est promiiiis !

meeting-montreuil-10Arriba compagnero,
el pueblo unido jamas sera vencido ! »

Cotrel – Merci au Parti Slip Passé. C’est aussi ça, le Parti de Campagne, la pluralité des opinions, l’ébullition constante, une créativité débridée…
Je pourrai développer maintenant un axe de notre programme qui nous a été largement inspiré par cette gesticulation au sein de notre mouvement : Le gaspillage.
En effet, notre société étouffe de sa mauvaise gestion des ressources recyclables. Certains efforts ont été consentit ces dernières années par les pouvoirs publics, certes, mais produisons encore et toujours plus, et nous restons pétrifié devant un effroyable gâchis.
Nous proposons donc de créer une taxe sur le gaspillage alimentaire des grandes surfaces. Pour alléger la douloureuse, les supermarchés fourniraient leur denrées consommable mais plus vendables pour alimenter des Resto-récup’ que nous installés dans des structures légères et démontables. Nous dessinerons des espaces agréables, de convivialité et de mixité ouverts à tous (SDF, démunis, étudiants, familles pauvres en fin de mois, personnes seules…). Ces Restos-Récup’, simples et participatifs fonctionneront à prix libre pour favoriser la responsabilisation des personnes désocialisées. C’est un exemple. J’aime bien les Restos du Cœur mais je vous le dit, ça n’est pas la responsabilité des associations de nourrir les pauvres, c’est celui de l’État et des collectivités territoriales !

Blanchard – Tout à fait François. De la même façon, nous pourrions envisager de créer des huileries pour filtrer les huiles usées des restaurants. Ce précieux combustible pourrait être ajouté au gasoil des cars Anjoubus. Nous réaliserons ainsi des économies substantielles en très peu de temps. Nous pourrons alors proposer la gratuité des transports scolaires sur le département. Et en bonus, cette délicieuse odeur de frite ravira les enfants.
Nous devons réinventer le partage et l’échange de nos ressources locales, au mépris des séduisantes mais trompeuses offres de multinationales en tous genres qui engloutissent sans vergogne le bien public et qui seront bientôt en mesure de nous vendre jusqu’à l’air que nous respirons ; il nous faut repenser l’échelle de nos préoccupations, et remettre la gratuité au cœur du débat.

Cotrel – dans cette perspective de gratuité, d’égalité et d’ouverture, nous proposons d’ouvrir une boucle de promenade gratuite dans Terra Botanica, comme cela était prévu dans le projet initial. Ce parc d’attraction à été construit avec les subventions du Conseil Général, il semble normal que tous les habitants du département puissent en profiter sans y laisser leur chemise.

meeting-montreuil-6Blanchard – Grâce à cet échantillons gratuit, les angevins prendrons l’habitude de fréquenter Terra Botanica, et de consommer dans les différentes boutiques mis à leur disposition. Cela augmentera aussi la fréquentation des différents espaces payants du site, choisis à la carte pour que même les plus modeste puissent dépenser leurs maigres revenus dans notre parc. Ainsi nous augmenterons les bénéfices nets et nous sortirons Terra Botanica de l’impasse financière où il se trouve actuellement.

Cotrel – Une fois que le paquebot Terra Botanica (pour lequel je le rappelle nous aussi n’avons pas votés) sera remis à flots par vos, euh…, nos efforts consentis ainsi que par nos euh, il faut bien le dire brillantes idées, on peut prévoir qu’à l’horizon 2020, les bénéfices dégagés seront tels que nous pourrons alors envisager de mettre en œuvre notre grand projet culturel : un parc nouveau parc d’attraction sur le thème des troglodytes qui serait le nouveau joyau de notre département. j’ai nommé Biotroglodica.
nous pourrons mettre en œuvre notre grand projet culturel : un parc d’attraction troglodyte qui serait le nouveau joyau de notre département.

Blanchard – Tout à fait François, et d’ailleurs, nous pourrions même associer à cette grande et ambitieuse création un autre projet qui est de longue date cher au parti, j’ai bien sûr nommé le MÉTROGLODYTE, gratuit pour tous ceux qui ne payent pas l’ISF, qui relierait dans un premier temps Gennes à Montreuil-Bellay via Doué-la Fontaine, le GDFMB. Nous veillerons dans un deuxième temps à ajouter deuxième ligne desservant les communes du canton d’est en ouest.

Cotrel – Biotroglodica serait un parc extra ludique. J’avais imaginé comme attraction phare un grand jeu de chasse à la mérule, des ateliers pédagogiques avec les interventions de notre mascotte chauve-souris (dont le choix du nom pourra se faire par le premier vote participatif et citoyen succédant notre élection). Toutes ces animations fantastiques nous conteraient la vie d’autrefois en troglo, qui concernait la grande majorité des habitants du Sud-Saumurois ! On peut aussi imaginer un train fantôme…

Un Alterdépartementaliste énervé : C’est inopportun et mégalo de dire ça ici, à l’opposé des éléments de langage pour lesquels nous nous étions entendu.

Cotrel : Attendez, on a eu quelques idées en écrivant la fin du discours hier soir avec Mme Blanchard. Vous allez voir, c’est à la fois audacieux et instinctif…

Blanchard : …Imaginez des trampolines géants en forme de champignons de Paris. Le rayonnement international de ce parc d’attraction unique au monde braquera tous les regards vers le sud de l’Anjou, relancera son économie touristique….

Des dissidents – Eh, oh, vous vous enflammez complet là, faudrait voir à pas confondre ambition et orgueil, on n’a jamais discuté de ça au parti et dieu sait qu’on en fait des réunions. Z’êtes complètement fendus du bulbe, en plus c’est pas le moment devant tout ce monde
Les Alterdépartementalistes font signe aux gardes du corps qui se rapprochent des candidats.

Blanchard : Allons, un peu d’audace !

Les dissidents : On demande une Assemblée générale extraordinaire immédiate ! AG, AG extraordinaire !!

Les alterdépartementalistes, les membres des courants internes au Parti et les gardes du corps, tout le monde se saisit des candidats, qui s’accrochent à leur pupitre, et sont emmenés dans une salle à l’écart.

Cotrel – Arrêtez, c’est un putsch !

La scène est désertée. Le DJ envoie une petite musique d’attente. On entend des éclats de voix. La réunion semble tendue.

Un porte parole revient sur scène, suivit de tous les Campagnards.

DSC_0555Porte-parole – Bon bah d’façon à quelques jours du scrutin, on peut pas se permettre de tirer au sort d’autres candidats. Et puis de tout sens, personne d’autre ne rentrait dans les costumes et comme on est pas bien riche, on va vous gardez pour cette fois là…

Cotrel et Blanchard : Mesdames, messieurs, veuillez nous excuser pour cette fin de meeting pour le moins confuse. Une campagne comme celle-ci, ça monte à la tête : Les électeurs, la pression, les médias… On s’est enflammé hier soir en écrivant le discours. Nous vous prions de bien vouloir ne pas tenir compte de tout ce que nous avons dit durant ces cinq dernières minutes. Ces idées ont dévié de la ligne du Parti et n’ont pas été débattues avec nos camarades campagnols… Après ce dérapage, nous comprendrions que vous hésitiez à nous faire confiance mais ce 22 mars, glissez tout de même un bulletin Parti de Campagne dans l’urne. Si vous ne le faites pas pour nous, faites-le pour tous les campagnardes, qui pour la plupart font leur entrée en politique. Ils ont bien travaillé, avec enthousiasme et générosité. C’est du sang neuf pour la politique Française ! Merci à tous et on se retrouve au bar !

DSCF7043

 Crédits Photo : à Montreuil – Marianne Liegeois et Benoît Couturier

Laisser un commentaire